saumur sos justice

saumur sos justice

victimes des banques et des sociétés de recouvrement qui nous harcèlent

Victime du remboursement d'un crédit revolving, elle se dit harcelée

Par TF1 News (D'après agence), le 25 août 2010 à 22h21, mis à jour le 26 août 2010 à 14:11

Une retraitée de 69 ans a assigné en justice pour harcèlement moral Credirec, une société de recouvrement de créance dont elle dénonce les méthodes abusives.

Le credit revolving a fait une nouvelle victime. Une retraitée de 69 ans n'arrive plus à le rembourser, et a décidé de porter plainte pour harcelement contre une société de recouvrement de créance, Credirec, qui emploierait des moyens douteux pour récupérer la somme. 

  • Surendettée, elle se suicide. Son mari attaque

    Dépassée par les 200.000 euros de crédits qu'elle avait contractés en cachette, sa femme s'est donné la mort. Il assigne 14 organismes pour manquement à leur obligation de vérification,

    Publié le 20/10/2010 Surendettée, elle se suicide. Son mari attaque
Plus d'infos
En 2002, la dame avait contracté avec son mari un crédit revolving d'un montant de 5.000 euros auprès du Crédit lyonnais. "A la mort de son époux en 2005, elle a eu des difficultés pour rembourser ce crédit revolving, qui compte tenu des taux d'intérêts importants, et s'avère être un puits sans fond", a expliqué son avocat, Emmanuel Ludot.
 
"Fin 2009, la société Credirec, qui rachète les créances douteuses des banques, a commencé à harceler plusieurs fois par jour ma cliente avec des menaces de saisies sur elle comme sur ses enfants pour lui faire rembourser des sommes de plus en plus importantes", a précisé Me Ludot. "Ces sociétés, qui rachètent les créances douteuses et les actifs pourris des banques, agissent comme des Thénardier de la finance", a dénoncé l'avocat.

Selon lui, sa cliente présente des syndromes dépressifs graves qui ont été diagnostiqués par un expert psychiatre. La plaignante réclame 10.000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral. L'affaire sera examinée par le tribunal d'instance de Reims le 28 septembre prochain.

La société Credirec a indiqué dans un communiqué que "les premières investigations" menées par ses soins "démontrent un traitement de ce dossier strictement respectueux des réglementations en vigueur et des chartes déontologiques qui s'appliquent à l'ensemble des entreprises du secteur". Elle ajoute qu'elle "respecte les réglementations qui régissent le secteur et va même au-delà en disposant de codes déontologiques très exigeants". La société de recouvrement souligne que ses conseillers exercent "une activité difficile et méconnue" et affirme qu'ils "s'engagent à être à l'écoute et à la recherche de solutions partagées".
Par TF1 News (D'après agence) le 25 août 2010 à 22:21
 


08/11/2010

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres